L’une des pires attitudes en marketing est le désespoir – et nous en sommes toujours témoins. Avec les nouveaux médias marketing, leur forte compétitivité et les nombreux canaux de partage, les entreprises se sentent obligées d’être vues et entendues. Elles s’engagent alors dans d’importantes activités marketing en ne sachant que très succinctement ce qu’est le marketing.

C’est ici que ça devient intéressant. En moyenne, une équipe marketing est composée de plusieurs membres avec chacun un ou deux talents majeurs. On regroupe ces talents et on en fait la tête du département. Dans la plupart des entreprises, cette tête est contrôlée par quelqu’un d’extérieur au marketing, qui ne comprend pas très bien cet aspect du business mais a toujours son mot à dire pour fixer les attentes. Cela signifie que le marketing est souvent dirigé et dicté par des hauts placés qui ne comprennent pas que la qualité vaut mieux que la quantité.

Ce problème est d’autant plus présent en marketing par courriels, car les courriels ont précédé les réseaux sociaux. Ces derniers sont encore un royaume largement méconnu dans le nouveau marketing des médias, et on est bien content de les déléguer aux professionnels. En revanche, le marketing par courriels ne bénéficie pas de cette attitude de non-intervention. Tout le monde utilise régulièrement les courriels depuis les années 90. On croit alors, par conséquent, que l’on comprend aussi le marketing par courriels. En d’autres termes, vous pourriez forcer – ou être forcé – de rapidement monter une longue liste d’abonnés à partir de contacts existants.

Un petit conseil : ne le faites pas.

Le marketing par courriels n’est pas une question de quantité. Le nombre n’a aucun impact sur la seule chose qui importe vraiment : l’objectif final. L’objectif final d’une campagne de courriels est d’avoir un fort taux de clics.

Les novices dans le milieu font une erreur courante : ils compilent tous les contacts dans une liste et les inondent de messages. C’est une terrible, terrible erreur. Avoir une longue liste de contacts ne créera pas de grand engouement pour vos courriels, car ces contacts ne se sont pas inscrits d’eux-mêmes à vos campagnes. Voici plutôt ce qui arrive quand vous vous engagez dans cette pratique : vous aurez un haut taux de rebond (bounce), de désinscription, et de spam.

Ce n’est pas la seule mauvaise nouvelle. Non seulement vous perdez de la crédibilité, mais vous aurez surtout beaucoup de mal à convaincre ces contacts-là de devenir d’authentiques abonnés plus tard. Ensuite, il y a la dernière étape de la campagne : les analyses. Si vous vous êtes engagé dans cette pratique, vos données sont alors complètement faussées. Vous avez maintenant, disons, 1000 abonnés, et aucun moyen de comprendre leur comportement une fois que le courriel est parti.

Nous pourrions prendre un exemple, mais en réalité quasiment toutes les entreprises qui se lancent dans le marketing par courriels sont coupables de cette erreur très coûteuse en temps.

Au lieu de croire que vous allez avoir une armée d’abonnés et un haut niveau d’activité, comprenez que les campagnes par courriels sont un long jeu tout comme les autres stratégies de marketing des nouveaux médias. C’est un processus qui se construit pierre par pierre. La première étape est de commencer avec un petit lot d’abonnés dont vous disposez déjà, puis de créer du contenu dont ils ont envie. Si cela implique que vous n’envoyiez une campagne qu’à huit personnes, alors assurez-vous que ces huit personnes seront contentes et auront envie de partager cette campagne avec leur réseau.

La deuxième étape est d’avoir des points d’inscription à des endroits stratégiques, réseaux sociaux inclus. Vous pouvez utiliser des widgets, des applications, et plus directement partager un lien d’inscription sur vos réseaux sociaux. Ayez impérativement un formulaire d’inscription sur votre site et ainsi qu’un pop-up.

Finalement, le marketing par courriels est une question de données, et avoir des données faussées est la pire chose qui puisse arriver. Si vous prenez des raccourcis, c’est exactement ce qu’il se passera.