Le magazine américain Jacobin (cocorico) au slogan “Reason in Revolt” a publié un article s’intitulant: “Les Victoriens du XXIème siècle” dans lequel l’auteur Jason Tebbe analyse une partie de la société américaine, adepte des pantalons style yoga et nourrie à la healthy food, et la compare à la société de l’époque Victorienne qui, comme chacun le sait. s’étend de 1837 à 1901. Ce pan de notre société contemporaine a donc choisi un mode de vie qui lui est propre, exclusif, et dans lequel il sent ses valeurs reflétées.

D’un point de vue marketing, ça va pas du tout. Jusqu’à présent il fallait ratisser le plus large possible, envoyer des messages en masse dans l’espoir de connecter le plus largement possible avec une cible. Prenons par exemple, les classes de spinning et les régimes gluten-free, on peut tous y avoir accès, mais pour certain, de par un suivi assidu, cela en devient un véritable mode de vie qui participe à la définition même d’une identité.

On ne fabrique pas une image de marque pour satisfaire à un public. On fabrique une image de marque où le public (où un public d’ailleurs) va se retrouver.

Alors que l’auteur de l’article pose un regard d’une manière globale, nous pouvons également appliquer  son analyse et cette notion d’appartenance à une certaine exclusivité  à l’email marketing.

Les marques, les universités prestigieuses, le Pacha, le Studio 54, Le Fouquet’s, les artistes de notre temps, ce sont des concepts, des endroits ou des personnes qui offrent toutes  quelque chose d’unique et de rare à laquelle on va s’identifier.

Le petit Robert, édition 1987, distingue dans le mot rare trois sens étroitement liés relatifs à : –  la quantité : qui se rencontre peu souvent, dont il existe peu d’exemplaires (précieux) –  la fréquence : qui se produit, arrive, se présente peu souvent (exceptionnel, rarissime) –  la qualité : peu commun, qui sort de l’ordinaire (extraordinaire, remarquable).

Le contexte que l’on donne apporte aussi la valeur à l’élément. Prenons l’exemple de Joshua Bell violoncelliste de renommée international, habitué à remplir les plus prestigieuses salles philharmoniques du monde entier, dont les entrées se vendent pour plusieurs centaines d’euros. Que se passe-t-il quand il décide de jouer dans les couloirs du métro de Washington D.C à l’heure de pointe? C’est ici: https://youtu.be/51Rd4tp6wpg

Résultat des courses: plus de 1000 personnes l’ont complètement ignorées, 27 personnes lui ont donné la pièce et 07 se sont arrêtés plus d’01 minutes pour l’écouter jouer.

Appliqué à l’email marketing, cela signifie offrir quelque chose d’exclusif et uniquement accessible depuis votre campagne email, (qu’il s’agisse de vidéos, d’un contenu exclusif, etc..) et de là, de créer le buzz via les réseaux sociaux, votre site web, la presse,etc..

Réussir à mettre cela en place est ambitieux et faire de vos campagnes emails l’équivalent d’un carré VIP où tout le monde veut sa table relève d’un décision stratégique quant au positionnement de votre marque dans son secteur.